• BeezenBlog

L’importance des soft skills



Avant la pandémie que nous avons traversée ces derniers temps, développer ses compétences comportementales revenait à prendre de nouvelles habitudes. Parfois en contradiction plus ou moins forte avec des comportements ou des croyances profondément ancrés en nous. Contrairement aux hard skills ou compétences techniques, il ne suffit pas de comprendre et retenir pour réussir un entretien d’embauche ou progresser dans un emploi.

Les soft skills nécessitent globalement une prise de conscience personnelle de nos comportements et de leurs impacts et une acceptation d’en changer. Et surtout, de la pratique et du temps.


Beezen ayant adopté le management Opale depuis le 1er Janvier 2021, accorde davantage d’importance aux soft skills lors des recrutements et nous vous expliquons pourquoi ci-dessous.

Les soft skills lors d’un recrutement

En effet, les connaissances et compétences techniques (dites « hard skills ») ne font pas tout. C’est particulièrement vrai lorsque vos équipes doivent accueillir lors d’un onboarding, un collaborateur fraîchement recruté.


Cette phase d’onboarding privilégiée chez Beezen exige en effet des qualités relationnelles au sein de nos équipes, comme chez le candidat recruté : c’est notamment l’un des piliers dans le management Opale, nous parlons de « Wholeness », qui représente le principe d’être comme nous sommes et de ne pas changer pour telle ou telle raison.


En nous assurant en amont des qualités relationnelles de nos candidats, nous facilitons grandement la phase d’onboarding qui attend ces derniers.

Les soft skills représentent un vrai levier de cohésion

Les compétences relationnelles et le savoir, savoir-faire et savoir-être de nos collaborateurs ne facilitent pas seulement l’intégration des nouveaux candidats : elles renforcent également la capacité de nos collaborateurs à travailler en équipe : primordial dans une organisation Opale !


Nos collaborateurs ont la main mise sur la société. Désormais chacun d’entre eux est réparti en petites équipes de 10 personnes et manage un budget, le staffing et encore bien d’autres choses !


Ainsi, un collaborateur ne sera plus seulement reconnu pour son expertise technique dans un domaine bien précis mais représentera une réelle valeur ajoutée pour l’équipe qu’il intégrera.


Si les compétences purement techniques constituent les fondations d’une équipe au sein de Beezen, les soft skills en sont dorénavant le ciment.


L’apparition des mad skills


Les hard skills représentent les compétences techniques. Les soft skills représentent les compétences comportementales d’un individu qui sont inhérentes à sa personnalité.

Les mad skills sont à la croisée des chemins entre ces deux concepts : ce sont des compétences comportementales qui sont acquises par le candidat à travers la pratique d’une activité sportive ou d’un loisir par exemple.

Les mad skills révèlent le potentiel d’un collaborateur


La maîtrise d’une mad skill originale peut faire basculer le recrutement en faveur d’un collaborateur chez Beezen et peut lui permettre de révéler son atout majeur. Par exemple, prenons un candidat qui arbitre régulièrement des matchs de foot amateurs : nous nous retrouverons face à une personne qui doit souvent supporter la pression des supporters, prendre très rapidement des décisions justes et équitables et les assumer. Cela représente une mad skill parfaite pour des postes décisifs chez certains de nos clients !

Ces mad skills représentent donc un réel atout :


- pour nos futurs collaborateurs afin de se différencier

- pour notre équipe commerciale puisqu’en détectant ces mad skills, nos sales pourront placer au mieux le profil de telle ou telle personne.


6 vues0 commentaire